{{ cart.count }} Suivre ma commande
Livraison gratuite en France métropolitaine Garantie 2 ans Engagement responsable

Entrepreneurs-Voyageurs : Parenthèse naturelle au coeur de la Peninsula Valdes

Rencontre


Il y a quelques semaines, nous vous présentions le joli projet Entrepreneur Voyageur. Pour vous remettre dans le contexte, c’est l’histoire de 3 étudiants et d’un road-trip Philanthrope et Entrepreneurial en Amérique du Sud. Aujourd’hui, nous retrouvons la fine équipe à la Peninsula Valdes, véritable sanctuaire de la nature situé dans la province de Chubut en Argentine.

 

--

 

  • Qu’est ce qui vous a amené à la Peninsula Valdes ? Pourquoi l’avez-vous intégré à votre périple ?

La Peninsula Valdes a bonne presse, c’est un endroit unique au monde où scientifiques, photographes et aventuriers curieux se retrouvent pour observer des animaux que l’on ne voit pas souvent dans la nature ! Pendant que nous nous renseignions sur la Côte Est de l’Argentine, nous sommes tombés un peu par hasard sur les photos de pingouins d’une blogueuse qui était passée par là. La ville la plus proche est Puerto Madryn, sa localisation à l’entrée de la Patagonie faisait un arrêt parfait entre Buenos Aires et Ushuaïa. On a donc décidé de faire cette halte pour voir les pingouins !

  • Qu’avez vous ressenti lorsque vous avez découvert pour la première fois ce lieu si particulier ?

A notre arrivée dans la Peninsula, nous avons eu pour la première fois la sensation d’être vraiment isolés. Nous avons passé un peu plus de 19 heures dans un bus sur la Ruta 3, une route sans fin, en ligne droite, reliant Buenos Aires au sud de la Patagonie. Après l’euphorie de l’arrivée à destination, la fraicheur nous a rappelé qu’ici, à la différence de l’hémisphère Nord, descendre vers le sud rime avec la température qui diminue !

 

  • Quel a été le paysage le plus frappant pour vous ? Quel est le lieu à ne surtout pas rater ?

La côte entre la Punta Norte et la Punta Delgada offre sans aucun doute le plus beau paysage de la Peninsula. La Caleta, une barrière de sable, divise l’océan en deux bandes : l’une bleue turquoise et l’autre bleue marine. Les pingouins et loups de mer se retrouvent sur la plage le temps d’une sieste, pour profiter du soleil et de la brise marine. 

  • Avez-vous trouvé la Peninsula Valdes bien préservée ? Y-avez-vous rencontré d’autres touristes en vadrouille ?

Un parc national s’étend dans l’immensité désertique : guanacos, autruches et tatous se baladent en liberté. Toute la péninsule est très bien préservée et protégée. Le village de Puerto Pirámides est l’unique endroit pour se loger sans ressortir du parc. C’est là que nous avons rencontré Monique et Daniel, un couple de retraités sillonnant l’Amérique depuis maintenant 5 ans à bord de leur pickup !

  • Avez-vous croisé la route d’animaux typiques de la région ?

Vous l’aurez compris, la Peninsula Valdes regorge d’animaux sauvages. La Punta Norte et la Punta Delgada sont deux lieux incontournables pour les afficionados de la faune marine. A la bonne saison et à l’heure de la marée haute, on peut assister à un spectacle unique au monde : les orques viennent à même la plage pour chasser les loups de mer. Nous ne les avons malheureusement pas aperçus malgré deux tentatives.

  • Avez-vous rencontré des locaux ? Quels sont les témoignages qui vous ont le plus touché ?

Nous avons rencontré quelques locaux mais le témoignage qui nous a le plus touché est celui d’une touriste à peine plus âgée que nous. Elle venait en stop tous les jours depuis deux semaines à la Punta Norte, dans l’espoir d’assister au rendez-vous des orques. Elle avait raté le passage des géants marins blancs et noirs de quarante minutes lors de sa première venue…

 

  • Quels sont les indispensables du parfait aventurier ?

Dans un cadre comme la Peninsula Valdes, il faut d’abord être patient et observateur. Les plus beaux spectacles naturels sont imprévisibles et ne durent que de courts instants ! Une paire de Rezin devient vite indispensable pour garder l’œil ouvert et ne rien rater sous le soleil de plomb. On peut ajouter à la liste des indispensables un tube de crème solaire, un coupe-vent efficace, une paire de jumelles et un bon objectif d’appareil photo!

Il est indispensable d’anticiper ses déplacements au sein de la réserve naturelle avant de partir à l’aventure. En effet, seulement trois routes de 70 kilomètres sillonnent ce désert de sable. Nous avons parcouru plus de 200 kilomètres lors de chacune de nos expéditions, en covoiturage dans le 4x4 de Monique et Daniel. Si vous êtes bag-packers, vous pouvez tenter de faire du stop. La location de vélo est également une solution envisageable, mais gare aux rafales de vents ! 

  • Comment vivez-vous, jusqu’à aujourd’hui, vos premières semaines de road-trip ?

Les semaines passent mais ne se ressemblent pas. Chaque ville, chaque panorama, chaque rencontre est une expérience unique et inoubliable. Pour l’instant tout va comme sur des roulettes, nous ne pourrions rêver mieux ! Les paysages à couper le souffle et les témoignent inspirants se succèdent. Vivre comme des nomades, dans un environnement constamment en mouvement peut parfois être déroutant, mais c’est avant tout source de surprises continues !

Pour suivre toutes les aventures de nos Entrepreneurs-Voyageurs, n'hésitez pas à vous abonner à leurs pages Facebook & Instagram !